« un dézingage du droit du travail »… ça mériterait une réaction forte des salariés !!!

Invité des 4 Vérités sur France 2 ce mardi 23 février, Jean-Claude Mailly, a critiqué la réforme du Code du travail proposée par Myriam El Khomri.

« Le leader de FO est en tout cas favorable à une grève : « Ça mériterait une réaction forte des salariés. On en discutera les uns avec les autres. Il ne suffit pas de faire une manifestation si l’on veut faire reculer un gouvernement qui est de plus en plus autoritaire sur le plan social ». » (France 2)

Retrouvez la vidéo de l’interview en cliquant sur le lien

cliquez ici

Retraite : les fonctionnaires territoriaux travaillent trois ans de plus qu’il y a dix ans

Les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers travaillent trois ans de plus qu’il y a dix ans : c’est le constat effectué par la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales qui détaille les caractéristiques de leurs départs à la retraite dans Questions retraite et solidarité – Les études n°14.

LIRE LA SUITE!

Bureau fermé

Bonjour,

Nos bureaux seront exceptionnellement fermés le vendredi 26 février 2016 la journée.

Ils rouvriront Lundi matin. Vous pouvez également nous laisser votre message au numéro suivant 03.89.46.02.29

Bon week-end à tous!

Ce qu’il faut savoir de la loi de « santé »

Nous présentons ici une première analyse de la Loi Touraine n°2016-41 du
26 janvier 2016, dite de «modernisation de notre système de santé» qui a été publiée au Journal officiel, le 27 janvier 2016

Dès que les grandes lignes du projet de loi ont été rendues publiques en fin 2014, la Fédération des services publics et de santé s’est exprimée clairement pour l’abandon de celui-ci. En effet, sous des aspects « fourre tout », la loi qui vient d’être publiée fin janvier aggrave considérablement la loi Bachelot (HPST), notamment avec la « territorialisation de la santé ». Orientation que l’on retrouve, par ailleurs, dans les « réformes » Territoriales, comme celle de l’enseignement.

LIRE

Le président du Régime local poursuit son offensive

22 fév. 2016

Le président du régime local met les ressources financières du régime local au service de sa croisade destructrice : – étude juridique réalisée par un cabinet Alsacien et payée par le régime (étude bien entendu totalement « indépendante » !) ; – Plaquette publicitaire réalisée par une agence de com (contenant des informations tronquées et des demi-vérités) et imprimées luxueusement à 24.500…

SUITE

Circulaire fédérale concernant le projet de loi travail

A TOUTES NOS STRUCTURES,  SERVICES PUBLICS ET SERVICES DE SANTE 

Cher(e)s Camarades,

Comme vous le savez, la confédération a participé à la réunion des organisations syndicales pour «échanger sur l’analyse de la situation sociale, économique et politique et évaluer les champs d’éventuelles actions et initiatives communes». Etaient présents : la CGT, la CFDT, l’UNSA, la CGC, Sud/Solidaires, la FSU, l’UNEF, l’UNL, la FIDL, la CFTC ayant décliné l’invitation. La confédération était représentée par Michelle BIAGGI et Frédéric SOUILLOT, secrétaires confédéraux.

Le premier tour de table a fait ressortir les différences et divergences fondamentales avec la CFDT, celle-ci étant pour un aménagement du projet de loi sur le travail et déclarant : «nous voulons continuer à donner un sens à la conduite des mutations à faire dans ce pays !». Après de longues discussions, le seul point commun qui a été trouvé est la demande de retrait de la barémisation des indemnités prud’homales, autant dire le plus petit dénominateur commun !

LIRE!

Réforme code du travail : UNE HONTE!!!

Afficher l'image d'origine
Le projet de réforme du droit du travail présenté par Myriam El Khomri propose de revenir des années en arrière
                                             Quelques éléments proposés dans le projet actuel 
                         En cas de licenciement illégal, l’indemnité prud’homale est plafonnée à 15 mois de salaire.
                        Les 11 heures de repos obligatoire par tranche de 24 heures peuvent être fractionnées.
                        Une entreprise peut, par accord, baisser les salaires et changer le temps de travail
                        Les temps d’astreinte peuvent être décomptés des temps de repos

                       Le dispositif « forfaits-jours », qui permet de ne pas décompter les heures de travail, est étendu

Les apprentis mineurs pourront travailler 10 heures par jour et 40 heures par semaine

Le plancher de 24 heures hebdomadaires pour un contrat à temps partiel n’est plus la règle dans la loi.

Il suffit d’un accord d’entreprise pour que les heures supplémentaires soient 5 fois moins rémunérées.

Une mesure peut-être imposée par référendum contre l’avis de 70% des syndicats.

Une entreprise peut faire un plan social sans avoir de difficultés économiques.

Après un accord d’entreprise, un-e salarié-e qui refuse un changement dans son contrat de travail peut être licencié.

Par simple accord on peut passer de 10h à 12h de travail maximum par jour.

                                                                                   
                             FORCE OUVRIÈRE DIT NON!
                                  MOBILISONS NOUS! SIGNONS TOUS LA PÉTITION EN LIGNE.
                                                 (copier l’adresse du lien dans la barre de recherche)                  CLIQUEZ ICI