Vecteurs indispensables du progrès social, les agents de la Fonction publique ne sont pas une variable d’ajustement !

Citation

Résultat de recherche d'images pour "y en a marre dessin"

Les annonces se succèdent à une cadence infernale contre les fonctionnaires et agents publics.

Du ministre de l’Action et des Comptes publics qui confirme le gel de la valeur du point d’indice pour 2018 et la réinstauration d’un jour de carence en cas d’arrêt maladie, au Président de la République qui veut différencier la valeur du point d’indice dans les 3 versants de la Fonction publique, la coupe est pleine.

Et ce sans compter les suppressions d’effectifs à venir et la future hausse de la CSG. Même le protocole PPCR (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations), rejeté par nos trois organisations syndicales en raison notamment de son insuffisance notoire pour valoriser les carrières verrait son calendrier de mise en œuvre reporté.

LIRE

Du nouveau pour les assistants socio-éducatifs au 1er février 2018

Assistants socio-éducatifs : UNE REVALORISATION INCERTAINE ET À LONG TERME !

Répondant toujours au dogme de l’austérité, le gouvernement a utilisé de véritables pirouettes statutaires pour ne pas augmenter les assistants socio-éducatifs à la mesure des revendications portées depuis plusieurs années.

Non seulement il n’y aura pas de véritable catégorie A, au sens de la rémunération liée à ce niveau de diplôme (Bac+3), mais, en outre, les reclassements n’entreront en vigueur qu’au 1er février 2018 et aucun agent ne sera reclassé en classe exceptionnelle (second grade). 

Le cadre d’emplois débutera à l’indice 365 pour finir au 608 (627 en 2020) alors que le second grade d’attaché territorial termine à l’indice majoré 793 soit un écart de 867 euros (778 en 2020). Lorsque l’on compare l’écart entre le 3ème grade d’attaché et celui d’assistant socio-éducatif, l’écart se creuse encore : 1682 euros entre l’indice 608 des assistants et le hors échelle 3ème chevron des attachés hors classe ! La marge de négociation est plus que significative.

Missions : les missions du cadre d’emplois sont partiellement redéfinies par le décret, alors même qu’aucune négociation n’a eu lieu sur ce point !!! Les « personnes » devront être intégrées aux prises de décision. De même la notion de travail en partenariat avec les intervenants des structures est mise en exergue.

 FO revendique :

 –  Un alignement du niveau de rémunération sur celui des attachés territoriaux,

 –  Des recrutements de postes suffisants pour faire face aux besoins de la population

–  Une reconnaissance des missions des assistants socio-éducatifs,

  –  Une redéfinition des missions en accord avec la déontologie inhérente à leurs activités…

 

Non à la poursuite de la territorialisation de l’école publique

Le ministre de l’Education nationale a présenté un projet de décret au Conseil Supérieur de l’Education le 8 juin dernier, qui ouvre la possibilité aux communes de revenir à la semaine de 4 jours tout en dérogeant au calendrier scolaire national des congés et vacances scolaires comme bon leur semble. C’est pourquoi Force ouvrière a voté contre ce projet de décret.

Pour la FSPS FO et la FNEC FP-FO, ce projet démontre que le dossier de la réforme des rythmes scolaires n’est pas clos. Pour autant, la solution ne peut passer par la poursuite de la territorialisation de l’Ecole publique qui conduit à la remise en cause des qualifications, des emplois et des statuts de tous les personnels, enseignants, ATSEM ou animateurs.

LIRE LA SUITE!

RYTHMES SCOLAIRES – Décret

Résultat de recherche d'images pour "rythmes scolaires"

Cher(e) Camarade,

Tu trouveras en pièces jointes, une circulaire intitulée :

DECRET « BLANQUER »  SUR LES RYTHMES SCOLAIRES

Quelles conséquences pour les agents des écoles primaires ?

ainsi que le décret N° 2017-1108 du 27 juin 2017 relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques.

CIRCULAIRE SUR LES RYTHMES SCOLAIRES

deìcret rythmes scolaires 2017