Communiqué interne à toutes nos structures

Le Bureau Fédéral s’est réuni les 12 et 13 novembre 2018, dans un contexte d’attaques redoublées contre la Confédération, comme le démontre l’article du Parisien, qui a été repris dans toute la presse, sur le « train de vie » du bureau confédéral.  Comme  par  hasard,  ces  allégations  paraissent  à  quelques  jours d’élections professionnelles importantes à la SNCF, à la RATP, et dans les trois versants de la Fonction Publique, tout comme dans le secteur privé.

 Dans ces circonstances, le  bureau  confédéral  a  pris  ses  responsabilités  et  décidé  de déposer plainte compte-tenu des informations erronées diffusées dans la presse .

Le   Bureau Fédéral engage   les responsables de nos structures fédérales (syndicats, unions, GD, régions) à faire connaître aux militants et aux adhérents le communiqué du Bureau confédéral du 12 novembre 2018 qui rétablit les faits.  

Cette situation nécessite de redoubler les mesures d’organisation pour le scrutin dans  la  Fonction  Publique  Territoriale  et  Hospitalière  qui,  dans  un  certain nombre  de  départements,  débute  le  29  novembre  pour  se  conclure  le  6 décembre dans la soirée. Rien ne doit être laissé au hasard.  

Chaque militant, chaque candidat doit disposer de tous les éléments pour être en capacité de répondre aux adhérents, ainsi qu’aux salariés et s’assurer du vote pour nos listes FO (CT, CTE, CAP et CCP).  

Plus que jamais, face à l’adversité nous mettons tout en œuvre pour gagner le vote,  voix  par  voix.  Il  s’agit  de  faire  progresser  notre  organisation  syndicale indépendante, qui s’appuie sur les orientations, votées à 97 % par le congrès confédéral de Lille (avril   2018) et ainsi donner plus de poids à nos revendications : 

NON aux augmentations des carburants, du gaz, des loyers…. ! 

 – Assez de perte du pouvoir d’achat !

– Le gel du point d’indice ça suffit !  

–  Pour  l’ouverture  de  négociations  permettant  d’obtenir  l’augmentation  des salaires et des pensions. 

– Non au régime universel par points, maintien de tous les régimes particuliers, du code des pensions et de la CNRACL ! 

– Arrêt des suppressions de postes, embauches immédiates sur CDI et sur postes statutaires ! 

– Défense des Statuts et des conventions collectives nationales ! 

Partout,  préparons  l’indispensable  rapport  de  force  pour  faire  aboutir  les revendications et stopper cette politique d’agression contre les salariés et les retraités !