GIPA 2020/2021 : LE DÉCRET ET L’ARRÊTÉ PUBLIÉS AU JOURNAL OFFICIEL

Le décret 2020-1298 prolongeant la Garantie Individuelle du Pouvoir d’Achat a été publié au journal officiel du 25 octobre 2020. L’arrêté fixant les éléments à prendre en compte pour le calcul de la GIPA a été également publié dans le même journal officiel.
La période à prendre en compte pour le calcul de la GIPA 2020 va du 31/12/2015 au
31/12/2019 et celle de la GIPA 2021 va du 31/12/2016 au 31/12/2020.
Les éléments fixés par l’arrêté du 23/10/2020 pris en compte pour le calcul de la GIPA 2020
sont les suivants :
✓ Taux d’inflation : 3,77 %
✓ Valeur annuelle du point en 2015 : 55,5635
✓ Valeur annuelle du point en 2019 : 56,2323
Compte tenu de ces éléments, très peu d’agents pourront bénéficier de cette indemnité. Pour rappel, la GIPA est une compensation individuelle mise en œuvre dans le cadre d’une politique de blocage de la valeur du point d’indice.
Depuis 2010, la perte de la valeur du point est de près de 20 %. Pour FO, il est plus que jamais indispensable de mettre en œuvre une politique de rattrapage et de revalorisation du point d’indice pour l’ensemble de la fonction publique.

Fait à Paris, le 28 octobre 2020

ATTAQUE AU COUTEAU À NICE

FO-PM Condamne cet acte inqualifiable.

Nous apportons tout notre soutien et félicitons de leur courage et leur détermination les
Policiers Municipaux de Nice ainsi que l’ensemble des forces de l’ordre qui sont intervenus.
Nous soulignons le professionnalisme et le sang-froid des collègues.

LIRE LA SUITE!

compte-rendu du conseil d’administration du CNFPT en date du 14 octobre 2020 ainsi que la déclaration liminaire FO du CA

Voilà 7 mois que notre pays et plus largement la planète vit à l’heure d’un dérèglement sanitaire.

Notre Gouvernement s’est doté d’un conseil scientifique dont le rôle semble davantage offrir une caution scientifique aux mesures prises ou à prendre, parfois sans rapport réel avec la situation sanitaire.

FORCE OUVRIERE constate que les discours anxiogènes entretenus par les médias, autant aux ordres que peut l’être le conseil scientifique, installe une forme de terreur auprès des salariés du privé comme auprès des agents publics.

LIRE LA SUITE!

Compte rendu succinct de la séance du conseil d’administration du CNFPT du 14 octobre 2020

TRACT INTERFĖDĖRAL FO Public – Privé APPEL À LA GRÈVE LE 5 NOVEMBRE 2020

Les agents et salariés du secteur Social et Médico-social doivent bénéficier des avancées du SEGUR Tous en grève et mobilisés jeudi 5 novembre 2020.

La Fédération des personnels des Services Publics et de Santé FO, la Fédération Générale des Fonctionnaires FO pour les corps de santé et médico-sociaux de l’Etat, la Fédération Nationale de l’Action Sociale FO, la Fédération de la Défense, des industries de l’armement et des secteurs assimilés FO (Fédiasa) déclarent :

« Pour FO, le Ségur de la Santé doit être élargi à tous les agents et salariés du secteur Social et Médicosocial, public et privé.

Si Force Ouvrière a signé les accords du « Ségur de la Santé » et se félicite des avancées obtenues pour les personnels hospitaliers et les agents territoriaux exerçant dans les EHPAD, pour autant, FO rappelle que certains personnels de santé du secteur social et médico-social public, que les agents de la filière médico-sociale de la fonction publique territoriale et du secteur social privé à but non lucratif, ainsi que les personnels des services de santé et médico-sociaux de la Fonction Publique de l’Etat sont exclus de cet accord, ce qui est inacceptable ! » .

LIRE!

preavis-gerald_darmanin

Questions réponses relatives à la prise en compte dans la fonction publique territoriale de l’évolution de l’épidémie de Covid-19

I – Mesures visant à garantir la protection des personnels dans les locaux

       le port du masque s’impose t-il systématiquement ?

L’obligation de port du masque (a minima, masque en tissu) doit satisfaire aux conditions définies par le protocole sanitaire issu de la circulaire du Premier ministre du 1er septembre 2020. Il s’impose dans les espaces clos et partagés (dont bureaux, salles de réunions, openspace) et les espaces de circulation (dont ascenseurs, escaliers, couloirs, halls d’accueil), à la seule exception des bureaux occupés par une seule personne. Dans le cas où une personne viendrait à entrer dans ce bureau, le port du masque s’impose aux agents présents dans ce bureau individuel.

Une dérogation à l’obligation de port du masque est néanmoins prévue pour les personnes en situation de handicap munies d’un certificat médical le mentionnant.

En tout état de cause, la fourniture de masques relève de la responsabilité de l’employeur au titre de son obligation de sécurité (durée maximale de port du masque : 4 heures). 

Que faire si un agent ne respecte pas l’obligation de port permanent du masque ?

L’obligation de port permanent du masque dans les conditions rappelées par la circulaire du Premier ministre en date du 1er septembre 2020 constitue un élément essentiel de préservation de la santé des agents au sein d’un collectif de travail.

LIRE!

communiqué de presse UIAFP FO « Personnes vulnérables : le gouvernement débouté «